Un monde idéal où c’est la fin de J. Heska

un monde idéal où c'est la finAuteur : J. Heska

Pays : France

Éditions : Seconde Chance

Date de parution : 2013

Genre : Nouvelles, SF

Format : ePub

J_heska2_NB

J. Heska

L’histoire

Bienvenue dans un monde idéal !
Un monde idéal où la civilisation telle que nous la connaissons n’existe plus. Dérèglement du temps ? Avènement de la magie ? Crise climatique irréversible ? Épidémie mondiale de mort subite ? Extra-terrestres maladroits ? Invasion de poireaux découpeurs de cervelles ? Crise de déprime globale ? Robots hors de contrôle ? Zombies entreprenants ?

Découvrez 100 histoires drôles, émouvantes, tragiques ou absurdes qui mènent à notre perte ! Mais c’est quoi Un monde idéal ? C’est une collection de livres reposant sur un concept tout simple qui a fait le succès du site Internet http://www.jheska.fr : des textes courts et percutants relatant des histoires basées sur des « et si » ?

seconde chance éditionMon avis

Je remercie les éditions Seconde Chance et Isabelle, chargée de communication, d’une grande gentillesse, pour m’avoir permis de découvrir le livre de J.Heska, Un monde idéal où c’est la fin. J’ai grâce à vous découvert un auteur et je n’hésiterai pas à lire ses autres ouvrages « On ne peut pas lutter contre le système« , paru en 2012 et « Pourquoi les gentils ne se feront plus avoir« , paru en 2011. J’avais déjà repéré ce dernier sur plusieurs blogs et il me tentait vraiment bien. C’est avec un peu de retard que je reviens sur le blog pour vous faire part de ma chronique.

J’ai reçu le recueil de nouvelles Un monde idéal où c’est la fin sur mon Kindle. Pour information, Seconde Chance est une structure éditoriale créée en janvier 2013 par l’auteur. J. Heska.

J’ai vraiment apprécié ma lecture et ce grâce au style de l’auteur et sa manière d’écrire. Quand certains y trouveront derrière ses lignes une certaine critique de la société ou des dénonciations un peu choquantes, j’y ai pour ma part trouvé de l’humour, un humour particulier, peut-être assez britannique, que j’adore! Un humour que je n’ai pas trouvé choquant. J’ai apprécié en tous points le côté loufoque, les bonnes doses de non-sens. Cet humour et cette pointe de non-sens m’a tout de suite fait pensé à l’auteur anglais Douglas Adam et son génialissime Guide du voyageur galactique. Le vocabulaire SF y reste tout de même très compréhensible pour tout lecteur qui ne serait pas habitué au genre. Les nouvelles sont courtes, la décadence, les révélations ou les critiques d’une société fictive ou les dénonciations des penchants de notre monde actuel qui peut à tout moment être amené à dégénérer nous font réfléchir et nous poser de nombreuses questions. Les thèmes principaux abordés et récurrents sont la mort, la fin du monde, le comportement humain, les avancées technologiques. Le vocabulaire de l’auteur est très oral, le style est fluide et j’ai particulièrement apprécié les références modernes à Harry Potter, au Seigneur des Anneaux, à la saga Games of Thrones. Les nouvelles s’enchaînent facilement.

Le seul petit inconvénient que j’aurais à émettre serait que les nouvelles sont un peu trop courtes et trop nombreuses. On finit par ne garder en mémoire celles qui nous ont le plus interpellées et les plus déroutantes, alors qu’on aurait aimé en avoir un souvenir plus précis.

Site des éditions Seconde Chance : lien

Blog de l’auteur J. Heska : lien

Le livre est disponible au format papier ou e-book!

Thistle_4

Cinder , The Lunar Chronicles de Marissa Meyer

cinderAuteur : Marissa Meyer

Pays : États-Unis

Éditions : Puffin

Date de parution : 2012

Genre : conte, young adult, SF

Nombre de pages : 400

L’histoire :

A forbidden romance.

A deadly plague.

Earth’s fate hinges on one girl . . .

CINDER, a gifted mechanic in New Beijing, is also a cyborg. She’s reviled by her stepmother and blamed for her stepsister’s sudden illness. But when her life becomes entwined with the handsome Prince Kai’s, she finds herself at the centre of a violent struggle between the desires of an evil queen – and a dangerous temptation.

Cinder is caught between duty and freedom, loyalty and betrayal. Now she must uncover secrets about her mysterious past in order to protect Earth’s future.

This is not the fairytale you remember. But it’s one you won’t forget.

Français

Les humains et les androids se pressent dans les rues bruyantes de la Nouvelle-Pékin. Une peste mortelle ravage la population. Depuis la lune, un peuple sans pitié observe la situation, en attendant de passer à l’attaque… Personne ne sait que le sort de la Terre ne dépend que d’une seule fille… Cinder est un cyborg, une mécanicienne très douée. Citoyenne de seconde classe, elle a un passé mystérieux, et vit avec ses désagréables belle-mère et belles-sœurs. Sa rencontre avec le prince Kai va la précipiter au cœur d’une lutte intergalactique. Partagée entre le devoir et la liberté, la loyauté et la trahison, elle doit découvrir les secrets de son passé, afin de protéger l’avenir de son monde.

Mon avis :

Cela faisait bien un an que j’étais tentée par ce livre, l’ayant d’abord découvert auprès de Justine de Fairy Neverland, puis sur le Blog La tête dans les livres, dont la blogueuse me l’avait également fortement conseillé. Dès l’acquisition de ma Kindle, je me suis donc empressée d’acheter à petit prix Cinder en version originale. J’ai retrouvé un univers tout à fait original et surprenant. Cinder est la réécriture du conte de Cendrillon. On y retrouve la trame de fond du célèbre conte (qui était mon préféré étant petite!), mais l’histoire se déroule dans un monde futuriste. La jeune Cinder Linh est elle-même cyborg, c’est-à-dire un être vivant à moitié robot, qui a reçu des greffes de parties mécaniques. Le terme est souvent employé dans le monde de la science-fiction. Le récit se déroule quant à lui à New Beijing, ville fictive futuriste, dont les habitants sont humains, cyborgs ou androïdes.

Au premier abord, l’univers est particulier, parait sombre, la ville de New Beijing et le pays tout entier est terrassée par une épidémie. Les cyborgs tels que Cinder sont considérés comme des sous-humains qui sont censés ne pas ressentir la moindre émotion alors que Cinder en est bien la preuve du contraire. La pauvre jeune femme est mécanicienne et habite avec sa belle mère acariâtre et ses deux belles-sœurs. L’une, Peony est bien plus sympathique que Pearl qui méprise totalement Cinder. Mais bien sûr, le conte ne pourrait pas se dérouler sans une histoire d’amour avec le prince, Kay, qui va avoir besoin des services de Cinder et de son talent de mécanicienne. Iko, l’androïde de la famille est un personnage appréciable qui représente selon moi les animaux qui viennent en aide à Cendrillon dans le vrai conte.

Le récit est très bien mené et je l’ai lu très rapidement tellement j’étais prise par cette lecture. J’ai apprécié l’originalité du texte et ses références nombreuses au conte de Cendrillon (le bal, la méchante belle-mère…) Cinder est un personnage attachant, qui n’est pas aussi naïve que la Cendrillon du vrai conte. Elle est parfaitement consciente de qui lui veut du mal et qui la méprise. Le deuxième tome de la saga des Chroniques lunaires s’appelle Scarlet. Je ne le possède par encore mais je suis impatiente de le lire. Cependant avec les indices donnés à la fin du premier tome, je pense connaitre une grande partie de la trame du prochain opus. J’aurais peut-être aimé un peu plus de suspens. Mais c’est ma seule petite « critique » à faire sur ce livre. L’originalité du récit est ce que je retiens avant tout.

Thistle_5