Jemima J de Jane Green

JEMINA JAuteur : Jane Green

Pays : Angleterre

Éditions : Penguin

Date de parution : 2006

Genre : chick-lit

Nombre de pages : 386

L’histoire

Anglais : Jemima Jones is overweight. About seven stone overweight. Treated like a slave by her thin and bitchy flatmates, lorded over at the Kilburn Herald by the beautiful Geraldine (less talented, but better paid), her only consolation is food. What with that and her passion for her charming, sexy colleague Ben, she knows her life needs changing. But can Jemima reinvent herself? And should she? Jemima J. is a brilliantly funny, honest novel about ugly ducklings and swans, attraction, addiction and the meaning of true love.

Français : Jemima Jones est en surpoids. Un surpoids d’à peu près 40 kilos. Traitée en esclave par ses colocs tout aussi pestes que minces, méprisée à son travail au Kilburn Herald par la belle Geraldine (moins talentueuse, mieux payée), sa seule consolation est la nourriture. Ainsi qu’une passion dévorante pour Ben, son collègue. Sa vie doit changer, et vite ! Mais Jemima le veut-elle ?

Mon avis

J’ai toujours apprécié les livres de Jane Green que je trouve à la fois drôles et bien tournés, dont les héroïnes ont un vrai tempérament. Pour moi de bonnes lectures détente. Je les lis toujours en VO et le style est très fluide et facile à comprendre. Jemima J, comme l’explique bien le résumé, est en surpoids et va essayer de combattre ses complexes pour connaitre l’amour, le vrai. Mais visiblement l’auteur a bien vite passé les aspects de sa transformation. Pour elle, il ne s’agit que d’une question de nourriture et de sport et on passe très vite de la Jemina en surpoids à la Jemima au look de star. Dommage, on a l’impression que la transformation se fait en un claquement de doigts et que par conséquent l’auteur n’y connais rien au sujet.

Jemima est amoureuse de Ben un collègue journaliste et se rend compte qu’il est temps de changer de mode de vie. Elle découvre en même temps Internet et les chat en ligne et fait la connaissance d’un certain Brad, un blondinet au look de surfer, gérant d’une salle de gym et qui habite Los Angeles (plus stéréotypé, tu meurs!). Elle décide de le rencontrer et de passer deux semaines avec lui en Californie. Puis Jemima se rend compte que ce qu’elle veut n’est pas forcément ce dont elle pense vouloir… L’auteur a voulu transmettre une bonne leçon pour les personnes qui manquent de confiance et qui peuvent se sentir peu sûres d’elles, mais pour moi elle n’a pas réussi à mener sa mission à bien. J’ai beaucoup aimé le personnage de Geraldine cependant, que Jemina apprend à connaître au fur et à mesure et c’est peut-être ce qui m’a fait apprécié en grande partie se livre.

Malgré quelques petits aspects décevants qui me laissent un sentiment en demie teinte, j’apprécie l’auteure et j’attends avec impatiente de découvrir un autre de ses livres. J’aime beaucoup son écriture simple et très féminine. L’histoire prend vraiment un tournant étonnant à la fin du livre, mais rien à voir avec un conte de fées. J’ai passé un bon moment à le lire, mais certains aspects du récit qui m’ont gênés font que je ne donne que trois chardons à ce livre. Et vous, avez-vous lu des livres de Jane Green? Les avez-vous appréciés?

Thistle_3

Une (irrésistible) envie de sucré de Meg Cabot

Auteur : Meg Cabot

Pays : États-Unis

Éditions : Albin Michel Wiz

Date de parution : 2007 (France)

Titre VO : Size 12 is not fat

Traduction : Florence Schneider

Genre :  Chick-lit

L’histoire 

Heather Wells, ex-lolita de la pop, ne veut plus être victime de la mode. Elle se sent très bien en jean. Et sa vie d’avant, les paillettes et les larmes, non merci. Elle décroche un job dans une résidence d’étudiants où l’on ne s’ennuie vraiment pas : deux filles meurent coup sur coup. Heather est persuadée qu’il s’agit de meurtres. Ça tombe bien, le sublime garçon qui l’héberge dans sa sublime maison – Cooper – est détective. En plus, il se fiche qu’elle fasse du 46 ! Une nouvelle vie commence pour Heather ! Pour un peu, elle porterait même une robe… Une nouvelle héroïne drôle et sexy, créée par Meg Cabot.

Version anglophone

Mon avis

Heather Well a 28 ans. Elle est directrice adjointe d’une résidence universitaire dans un établissement renommé de New York. Plus jeune, elle était star de la pop et chantait dans les grandes surfaces. Mais sa mère lui a dérobé toute sa fortune et est partie avec son manager. La nouvelle vie d’Heather bascule alors quand un crime est commis dans l’enceinte de l’université. Une jeune fille est retrouvée morte dans la cage d’ascenseur. Et quelques semaines plus tard, le même drame se produit avec une autre résidente. Heather ne croit pas à l’accident car les filles de ce genre ne « surfent » pas dans les cages d’ascenseur en se prêtant à des jeux alcoolisés. Elle va mener l’enquête et tout faire pour découvrir qui est l’auteur de ces horribles crimes.

C’est la première fois que j’ai entre les mains un livre de Meg Cabot. Je m’attendais en lisant ce livre à une pure histoire de chick-lit, avec des scandales, des rumeurs, une histoire d’amour dans un contexte improbable, mais il en a été tout autre. Les aventures de la narratrice relèvent d’une véritable enquête policière et les deux genres font très bon ménage. On est tenu en haleine et les aventures rebondissantes donnent une réelle consistance à l’histoire. On suspecte tout le monde ou presque… et on découvre le coupable à la toute fin du livre.

L’héroïne est très attachante, drôle, elle assume ne pas avoir la taille mannequin. Elle reste coquette, cependant, et se souci de son apparence et de ce que les autres pensent d’elle. Elle fait preuve de courage et est généreuse. Les autres personnages sont variés et ont tous une place bien particulière dans l’histoire. J’aurais aimé en connaître un peu plus sur Conrad, le détective qui, peut-être volontairement, conserve une certaine part de mystère et m’a paru plus effacé que les autres personnages.

J’ai beaucoup apprécié ce livre et je suis impatiente de lire les autres tomes de la saga. Le deuxième s’intitule : Une (irrésistible) envie d’aimer, et le troisième : Une (irrésistible) envie de dire oui. Le deuxième attend patiemment dans ma pile à lire, mais il faudra que je me procure le dernier ! Ce livre m’a également permis de découvrir la collection Wiz des éditions Albin Michel. J’apprécie beaucoup ce format et la taille d’écriture. La saga existe aussi au format poche.