Le silence de minuit de Denise Mina

denise minaAuteur : Denise Mina

Pays : Écosse

Éditions : Le livre de poche

Date de parution : 2012

Titre VO : Still Midnight

Traducteur : Oristelle Bonis

Genre : Thriller

Nombre de pages : 498

L’histoire

Glasgow. Deux hommes cagoulés font irruption dans la maison d’une famille immigrée de la banlieue résidentielle en réclamant « Bob ». Aamir Anwar, le père, est pris en otage. Une rançon de deux millions de livres est exigée. L’inspectrice Alex Morrow sent que quelque chose cloche. D’abord, il n’y a pas de Bob, et l’on pourrait croire à une erreur si certains regards et attitudes ne l’incitaient à penser que quelqu’un ment ; en tout cas, tout le monde a quelque chose à cacher. Étude du machisme et du racisme ordinaires en milieu écossais, Le Silence de minuit rejoint la tradition des romans policiers d’action où du nouveau surgit à chaque page, jusqu’au dénouement final, totalement imprévu.

Denise Mina

Denise Mina

Mon avis

Le silence de minuit est sans conteste un thriller poignant et dérangeant. Il aborde des thèmes sérieux et ancrés dans ce milieu écossais, tels que le chômage, les trafics en tous genres, l’alcoolisme, la mixité culturelle et les différences.

Malki, Pat et Eddy sont trois écossais au chômage plongés dans des histoires suspicieuses. Un soir d’octobre, ils se retrouvent tous les trois en voiture avant de préparer un coup. Eddy et Pat, cagoulés, sortent de voiture et font alors irruption dans un joli pavillon d’un quartier de Glasgow. Cette maison appartient à la famille Anwar venue d’Ouganda et probablement d’origine Pakistanaise. On fait alors connaissance avec Aamir le père et sa femme Sadiqa, Billal leur fils et sa femme Meeshra qui vient d’accoucher il y a peu et reste alitée. Aleesha est présente également, c’est la plus jeune de la famille, elle a tout juste 16 ans. Une famille d’immigrés comme les autres, et comme il y en a beaucoup à Glasgow, visiblement sans problème et bien intégrée dans la société.

Pat et Eddy ayant donc fait irruption dans la maison demandent à voir un certain Bob, mais la famille leur affirme qu’ils font fausse route et qu’il n’y a pas de Bob chez eux. C’est alors qu’ils attrapent le père de famille, le kidnappe en demandant une rançon et au passage l’un deux tire sur la jeune Aleesha, blessée à la main. Omar, le fils d’Aamir accompagné de son ami Mo arrivent peu après et constatent qu’un drame est arrivé. Toute la famille est en état de choc. C’est alors qu’Omar décide de contacter la police et de se lancer à la poursuite des kidnappeurs de son père. Sur leur chemin, lui et Mo sont arrêtés par la police un peu soupçonneuse, qui leur demande leur identité. Ils ont perdu trop de temps, impossible de retrouver la trace des kidnappeurs.

Suite à la plainte déposée par la famille Anwar, la police intervient enfin. Le commissaire McKenie, Bannerman et la jeune Alex Morrow apparaissent alors dans l’histoire. Difficile d’élucider l’affaire alors que cette famille d’immigrés semble bien intégrée et sans démêlés judiciaires. Elle subit certes leurs pratiques religieuses, mais les parents n’en imposent en aucun cas les principes à leurs enfants. Il faut retrouver les coupables au plus vite et rendre sa liberté au père de famille. C’est alors que des situations étranges s’entrecoupent. Pourquoi certains membres de la famille affirment qu’un certain Rob avait été demandé, alors que d’autres parlent de Bob? Est-ce une volonté de dissimuler quelque chose? Pourquoi Omar est selon certains le Bob en question et surtout pourquoi lui et Mo sont arrivés juste après le kidnapping ? Les soupçons grandissent, les victimes sont décidément peu coopératives et la jeune Alex Morrow va devoir enquêter avec difficulté. C’est un personnage très présent dans le récit qui rencontre d’importants problèmes de famille et subit également la pression de ses collègues. Elle doit s’imposer en tant que femme dans un univers plutôt machiste.

still midnight uk cover

Couverture britannique (paperback)

Les chapitres assez courts sont construits de manière alternée entre l’investigation de la police, puis Eddy, Pat, Malki et Aamir réfugiés en pleine campagne écossaise et enfin les autres membres de la famille, Omar et son ami Mo. J’ai beaucoup apprécié cette alternance de points de vues et de personnages en fonction des différents chapitres. La plume de l’auteur est fluide, agréable, elle ne vas pas trop loin dans les descriptions, mais suffisamment pour que l’on se fasse une image précise des scènes et des personnages.

En ce qui concerne les personnages, je les ai trouvés vraiment bien travaillés et étudiés, tous ayant une psychologie bien développée et propre à chacun. Alex a un fort caractère, elle est sous-estimée par ses collègues et supérieurs. Ce personnage a une place importante dans tout le récit et m’a vraiment plu. Elle est attachante et fait preuve de courage.

J’ai apprécié également la manière dont l’auteur à représenté la ville de Glasgow que l’on dépeint comme triste, morne, rongée en permanence par des des problèmes de drogues, des attaques à l’arme blanche, un taux de chômage important et des habitants ravagés par l’alcool. Pour y avoir vécu pendant mes études, je trouve que ce tableau est assez bien peint. La ville, anciennement grande puissance industrielle laisse des traces de son passé ouvrier et certains quartiers sont classés comme étant mal fréquentés et même « craignos ». Et malgré son charme certain (c’est ma ville préférée!), elle a souvent du mal à plaire aux touristes de passage.

Denise Mina est d’ailleurs elle-même « Glaswegian ». Je découvre une auteure dont j’apprécie le style et le fait que la plupart de ces livres se déroulent en Écosse et plus particulièrement à Glasgow fait systématiquement redoubler mon affection pour ses récits. Je n’hésiterai pas à me plonger dans un autre de ses thrillers. J’ai trouvé celui-ci efficace et prenant.

Je voudrais terminer cette article en remerciant chaleureusement Livraddict ainsi que Le livre de poche pour m’avoir permis de découvrir ce thriller par le biais d’un partenariat.

Thistle_3

logo_livraddict

LE LIVRE DE POCHE

Publicités

Une réflexion sur “Le silence de minuit de Denise Mina

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s