La lettre qui allait changer le destin d’Harold Fry arriva le mardi… de Rachel Joyce

Auteur : Rachel Joyce

Pays : Angleterre

Éditions : XO Éditions

Date de parution : 2012

Titre VO : The Unlikely Prilgrimage of Harold Fry

Traducteur : Marie-France Girot

Nombre de pages: 368

Genre : littérature contemporaine

L’histoire :

Jeune retraité à la vie bien rangée, malmené par une épouse exaspérée par le moindre de ses gestes, Harold Fry reçoit un matin une lettre de Queenie, une vieille amie perdue de vue qui lui annonce sa mort prochaine. Une lettre à laquelle Harold s’empresse de répondre mais qu’il ne postera jamais. Mû par l’intuition qu’il doit remettre cette lettre en main propre à son amie et que, tant qu’il marchera, elle vivra, sans boussole ni carte, sans téléphone ni chaussures de marche, Harold entame une traversée de près de 1 000 km à travers l’Angleterre. L’occasion pour lui de réfléchir sur sa vie : son enfance douloureuse entre un père alcoolique et une mère absente, sa relation avec sa femme, Maureen, et leur première rencontre, ses rendez-vous manqués avec son fils David, sa vie professionnelle ratée, l’alcool, Queenie… Le destin d’un homme ordinaire prêt à traverser à pied un pays tout entier sur la seule certitude qu’il peut par ce geste sauver son amie.

Mon avis :

Je remercie chaleureusement les éditions XO ainsi que Livraddict pour m’avoir permis de lire cet ouvrage qui me tentait vraiment beaucoup. Je l’ai découvert peu après sa sortie et j’ai été bouleversée par l’histoire d’Harold, ce retraité anglais à la vie bien rangée, qui du jour au lendemain et sur un coup de tête, va partir à la recherche d’une vieille amie malade. La couverture m’a tout de suite interpelée et j’ai reconnu cette boîte à lettres rouge typique en Angleterre. Moi qui adore les romans se déroulant dans ce pays, et qui est passionnée par la culture britannique en général, c’est avec enthousiasme que j’ai voulu en savoir plus et j’ai également été séduite par la quatrième de couverture.

Harold reçoit un matin une lettre qui va bousculer sa vie et son quotidien. Il décide suite à la réception de la lettre de rendre visite à son expéditrice, Queenie Hennessy, une amie perdue de vue qui habite à l’autre bout du pays, à Berwick. Il part, à pied, sans téléphone ni chaussures de marche. Il ne sait pas trop pourquoi il se lance dans une telle aventure. Mais cette marche de 1000 kilomètres qui semble irréalisable, c’est une occasion de réfléchir sur sa propre vie, les relations qu’il entretien avec sa femme, son fils David, les gens qui l’entourent. C’est aussi une occasion pour Harold de se replonger dans ses souvenirs d’enfance. Le titre anglais parle d’ailleurs du pèlerinage d’Harold (The Unlikely Pilgrimage of Harold Fry). La traduction française est quelque peu différente, sans doute parce que le terme « pèlerinage » en français est plus connoté, évoque seulement un symbole, une quête spirituelle. Ici ce n’est pas du tout le cas. Harold n’est pas croyant, il ne sait même pas pourquoi il s’est décidé à partir sans prendre aucune affaire. Il espère seulement que son amie l’attendra avant de mourir, il espère la retrouver rapidement, lui qui regrette de ne pas avoir gardé contact avec elle.

Le voyage est très long et douloureux physiquement comme moralement. Cette quête est émouvante et j’ai vraiment apprécié la fin qui m’a tout particulièrement émue! On y découvre des secrets gardés. J’ai beaucoup apprécié découvrir l’Angleterre à travers les yeux d’Harold. Il traverse de nombreuses villes, fait des rencontres étonnantes de personnages aux horizons variés. Il pense à Maureen sa femme et à Queenie en leur achetant des petits souvenirs des villages qu’il traverse. Le personnage de Maureen est vraiment intéressant. Elle peut paraître autoritaire au premier abord, mais au fil des pages on découvre une femme aimante, qui se préoccupe beaucoup de son mari et essaye de s’occuper comme elle peut pendant son absence. Elle sent que son mari lui échappe et reste impuissante face à sa décision. Même si ces vingt dernières années leur couple a traversé des épreuves, les sentiments qu’ils éprouvent l’un pour l’autre restent présents.

Certains passages pourront peut-être paraître longs aux lecteurs et ce fut mon cas à quelques reprises, Harold continuant à errer et à se remémorer le passé. On a un peu l’impression qu’il n’avance pas. Les chapitres sont cependant assez courts et chaque partie à pour titre le ou les personnages principaux du chapitre en question (ex : Harold et le randonneur et la femme qui aimait Jane Austen, Harold et le monsieur chic aux cheveux argentés etc.). Une manière originale de nous présenter les interlocuteurs d’Harold pendant sont long voyage. Ce roman est une quête mémorable, une quête de l’espoir. Même si la tâche peut paraître impossible, il faut toujours aller de l’avant sans se retourner, oublier les obstacles et garder l’espoir et le moral. J’ai passé un excellent moment à lire ce livre et je le conseillerais vivement à un public très large.

Ce roman est le premier de l’auteur Rachel Joyce, une anglaise qui vit dans une ferme du  Gloucestershire. Elle se penche sur l’écriture suite à une brillante carrière de théâtre et de télévision pour la BBC.


Pour visionner le booktrailer en VO, c’est ici!

Interview de l’auteur sur le site des éditions XO

Photo de l’auteur : The Man Booker Prizes

Publicités

17 réflexions sur “La lettre qui allait changer le destin d’Harold Fry arriva le mardi… de Rachel Joyce

    • annaglasgow dit :

      De rien Jules et merci pour ta visite.
      Je ne précise pas systématiquement d’où viennent les auteurs mais je trouve cela utile et intéressant quand ce sont de nouveaux auteurs.
      Bon week-end et bonnes lectures à toi!

  1. topobiblioteca dit :

    Ce livre m’a d’abord attiré par sa couverture et son titre. L’histoire semble jolie et donne matière à réfléchir… J’aime bien le petit côté familier de l’auteur, par son habitation dans une ferme, cela rends les choses authentiques, je ne sais pourquoi.

  2. magiciennedoz dit :

    je suis en train de le lire et il me plait beaucoup
    j’aime aussi les histoires qui se déroulent en Angleterre et ici, je suis gâtée !

    • annaglasgow dit :

      Moi aussi tout ce qui se rapporte à la Grande Bretagne me passionne même quand ici il s’agit d’une fiction. Je m’y retrouve dans l’atmosphère et ça me plait beaucoup. L’as-tu terminé depuis?

  3. Magiciennedoz dit :

    je l’ai terminé et il fait partie des livres que je vais conseiller !
    juste un bémol pour la fin, j’attendais autre chose ?!

    as tu lu « La dernière conquête du major Pettigrew » ? celui-là je l’ai adoré de bout en bout !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s