Un roman français de Frédéric BEIGBEDER

Auteur : Frédéric Beigbeder

Pays : France

Éditions : Le livre de poche

Année de parution : 2009 (Prix Renaudot)

Genre : littérature contemporaine

L’histoire

Cela pourrait commencer ainsi :  » Je venais d’apprendre que mon frère était promu chevalier de la Légion d’honneur, quand ma garde à vue commença ». Ou ainsi : « Je ne me souviens pas de mon enfance ». Mais en fait ce serait le même livre : celui de la mémoire et de l’enfance retrouvée dans l’été inachevé de la côte basque où les parents de Frédéric se rencontrèrent, mais aussi le passage à l’âge d’homme, la mue d’un gamin immature en adulte pacifié. Le 28 janvier 2008, Frédéric l’écrivain média-choc, le personnage public, le noceur, est interpellé pour usage de stupéfiants sur un capot de Chrylser noire, dans la rue; il aggrave son cas en fuyant la patrouille de police! En garde à vue, dans une cellule puante de deux mètres carrés, on a le temps de réfléchir. Qui est-on? Qu’a-t-on pu faire entre 0 et 13 ans? De qui suis-je né? Pourquoi suis-je amnésique?

 » C’est l’histoire d’une Emma Bovary des seventies, qui a reproduit lors de son divorce le silence de la génération précédente sur les malheurs des deux guerres. C’est l’histoire d’un homme devenu un jouisseur pour se venger d’être quitté, d’un père cynique parce que son cœur était brisé. C’est l’histoire d’un grand frère qui a tout fait pour ne pas ressembler à ses parents, et d’un cadet qui a tout fait pour ne pas ressembler à son grand frère. C’est l’histoire d’un garçon mélancolique parce qu’il a grandi dans un pays suicidé, élevé par des parents déprimés par l’échec de leur mariage. C’est l’histoire d’un pays qui a réussi à perdre deux guerres en faisant croire qu’il les avait gagnées, et ensuite à perdre son empire colonial en faisant comme si cela ne changeait rien à son importance. C’est l’histoire d’une humanité nouvelle, ou comment des catholiques monarchistes sont devenus des capitalistes mondialisés. Telle est la vie que j’ai vécue : un roman français.  »

Mon avis

Voilà un livre que j’attendais de lire depuis un moment. Tout d’abord pour le personnage qu’est Frédéric Beigbeder. Derrière ses airs de dandy bourgeois désinvolte j’avais envie de découvrir sa plume. Je voulais connaitre autre chose que ce chroniqueur de Canal + qui fait parler de lui pour son côté provocateur. Ce roman dépeint une vision selon moi très exagérée de la propre expérience de Frédéric Beigbeder en garde à vue pour consommation de stupéfiants sur la voie publique.

J’avoue que je n’ai pas vraiment été séduite par cette partie relatant ses abus et ses frustrations enfermé dans une cellule en garde à vue. Difficile pour moi quand même de porter un jugement alors que je n’ai jamais connu cette expérience, mais c’est tout de même très cru et limite insultant envers les policiers. Même Michel Houellebecq qui a rédigé la préface ajoute sa pondération sur ce point. On dirait un peu un livre « Règlement de comptes ». Le style d’écriture est un peu déroutant quand on enchaîne des phrases poétiques avec de l’argot pur et dur.

Mais ce livre relate en même temps des souvenirs d’enfance dans le sud-ouest remarquablement écrits et décrits et c’est pour cette raison que j’estime avoir passé un bon moment avec ce livre. Je doute cependant qu’il ait, comme il l’affirme dans son livre, oublié tous ces souvenirs d’enfance, je dirais plutôt qu’il a choisi de se les remémorer avec ses lecteurs. Avis mitigé donc, mais je souhaite tout de même découvrir d’autres écrits de cet auteur.

Credit photo : Babelio

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s